Mon nom Georges Vincken, né en 1943 fait partie du club CEFCP de Liège sous le numéro de Stam CL 443.depuis 1989 Le Bossu belge repris également sous le nom du Club européen de canaris de forme et de posture

J'élève le canari frisé par passion et surtout le frisé parisien et le Giboso qui sont pour moi un coup de cœur, l'un pour sa plume qui le rend majestueux et élégant et l'autre pour cette silhouette qui ne vous laisse pas de glace on aime ou on n'aime pas mais on le regarde.

J’ai depuis ma plus jeune enfance entendu des histoires d’oiseaux à cette époque c’était de tenderie qu’il s’agissait et même de douzaine en Alouettes ou Cochevis, mais les temps ont changé et malgré l’interdiction de capture de ces oiseaux, ils sont malgré tout en diminutions certainement dues aux méthodes modernes de culture et au traitement à base de produits de toute sorte. Je me souviens de mon père qui tout jeune comptait les douzaines par dizaines (vers les années 1920. (Bien que je ne suis pas pour cette capture en vue de profits financiers mais c’était l’époque) Cette pratique a détruit en bien ou en mal un hobby

Mais la fréquentation d’oiseaux même d’indigène ma fait un jour découvrir le canari, d’abord le canari de couleur puis un jour suite à une lecture sur l’élevage le Frisé Parisien et depuis ce fut une obsession que de détenir cet oiseau au plumage voluptueux, mais voilà j’habite dans une région ou le canari de posture est inconnu ou plus exactement peu rechercher, le métissage était plutôt le but à cette époque pour crée des Canaris Chardonnerets pour la tenderie.

J’ose espérer que mon fils qui pratique l’élevage, et oui les oiseaux c’est contagieux, pourra le pratiquer encore longtemps et pourquoi pas mon petit-fils lui aussi car il faut ce battre pour que notre hobby survive au pouvoir de l’argent et au dénigrement de certain qui ne connaisse rien à l’élevage et aux privations que nous imposent les soins, l’entretien et les heures passée pour le bien de nos pensionnaires.

    (((((Ce que je retrouve maintenant dans ce Hobby c’est  le pouvoir du nom et de l'argent  mais cela est l'être humain  Dommage)))

Mes premiers Parisiens 1971,je les découvre chez un marchand hélas 2 femelles et puis plus rien il m’a fallu attendre 1986 pour lors d’une exposition FOW dont j’étais membre à cette époque j’aperçus des parisiens le propriétaire était justement présent et me fit connaître mon club actuel je fis la connaissance de Joseph Watrin et de son Papa Jean (qui a rejoint le Paradis des oiseaux ) ils m’ont aidé a démarré, par leurs aides et leurs conseils, depuis Joseph est devenu ce que l'on appelle un très bon ami malheureusement décédé trop tôt .

Le Frisé du sud est la première race élevée de frisé que j'ai eu pour sa position et ces frisures un oiseau qui est de toute beauté lorsque l’on a la chance d’obtenir de bon sujet vient ensuite le Frisé Parisien pour sa taille son plumage et surtout pour cet amour que je lui porte enfin mon dernier coup de foudre le Giboso lui se fût un hasard des oiseaux ramené d’Espagne de chez  M° Jesus Jimenez Cossio par  Mme Van Roelen recherchait amateur et j’eu la chance d’être un de ceux-là. et depuis malgré que le giboso n'est pas vraiment la race des Belges je n’ai  jamais  abandonné.

Je partage ma demeure 6 mois en Belgique et  6 Mois en Espagne  ou j’élève , mes oiseaux font le voyage aller-retour comme moi en voiture et jusqu’ a présent tout ce passe bien  la seule limite c’est le nombre de couples  max 20/25 .